castman.fr – La technologie, à la portée de tous !

Ecologie et technologie en harmonie, est-ce encore de l'utopie !

ATTENTION ! Faille de sécurité sur le Bach de Linux. (Dans nano-ordinateurs) No Comments

Pour tous les nano-ordinateurs.(pcDuino/1/V2/3…, Banana Pi, Cubieboard/cubietruck…, ….)

 Je ne suis en aucun cas responsable des dommages occasionnés suite à une mauvaise manipulation.

La première chose à faire pour sécuriser les distributions sous Linux, c’est de toujours effectuer les mises à jour de la liste des paquets, mais de faire aussi, l’upgrade de votre distribution.

Cette procédure fonctionne sur les versions sous UBUNTU (Lubuntu,…).

Pour les autres versions, vous devez aller sur les sites des distributions pour plus d’informations ?

Pour corriger la faille de sécurité découverte récemment, taper dans un terminal en “su” :

“sudo apt-get update”

et

“sudo apt-get upgrade bash”

 

La procédure est longue pour la deuxième ligne  !

Le faire rapidement, pour plus de sécurité.

🙂

 

Important ! Lors de la mise à jour en tapant “sudo apt-get upgrade bash”, il vous sera demandé de modifier ou conserver les paramètres de “lightdm”. Que vous fassiez ou pas une modification, vous ne pourrez plus éteindre votre pcDuino3 car, un mot de passe vous sera demandé, mais il vous sera impossible à saisir à cause du peu de temps imparti pour le saisir.

Vous devez suivre la procédure ci-dessous pour corriger le problème.

Pour pcDuino3. (Il est possible que cela fonctionne aussi sur les autres micro-ordinateurs sous Lubuntu)

Dans un terminal qui est en “su”, taper : “sudo -s”. Vous passez de “$” à “#”.

Maintenant, taper :  “cd /usr/share/polkit-1/actions”

ensuite, taper : “leafpad org.freedesktop.consolekit.policy”

Le fichier s’ouvre dans un terminal et vous devrez modifier les mots en rouge dans le fichier ci-dessous en remplaçant “auth_admin_peek” par “yes” et cela deux fois. Enregistrer le fichier.

Redémarrer pcDuino3, c’est fait, vous démarrer en automatique sur votre session et vous pouvez arrêter votre pcDuino3, sans problème.

##Debut du fichier à modifier ———-org.freedesktop.consolekit.policy————————

<?xml version=”1.0″ encoding=”UTF-8″?>
<!DOCTYPE policyconfig PUBLIC
“-//freedesktop//DTD PolicyKit Policy Configuration 1.0//EN”
“http://www.freedesktop.org/standards/PolicyKit/1.0/policyconfig.dtd”>

<!–
Policy definitions for ConsoleKit
–>

<policyconfig>

<action id=”org.freedesktop.consolekit.system.stop”>
<description>Stop the system</description>
<message>System policy prevents stopping the system</message>
<defaults>
<allow_inactive>no</allow_inactive>
<allow_active>yes</allow_active>
</defaults>
</action>

<action id=”org.freedesktop.consolekit.system.stop-multiple-users”>
<description>Stop the system when multiple users are logged in</description>
<message>System policy prevents stopping the system when other users are logged in</message>
<defaults>
<allow_inactive>no</allow_inactive>
<allow_active>yes</allow_active>
</defaults>
</action>

<action id=”org.freedesktop.consolekit.system.restart”>
<description>Restart the system</description>
<message>System policy prevents restarting the system</message>
<defaults>
<allow_inactive>no</allow_inactive>
<allow_active>yes</allow_active>
</defaults>
</action>

<action id=”org.freedesktop.consolekit.system.restart-multiple-users”>
<description>Restart the system when multiple users are logged in</description>
<message>System policy prevents restarting the system when other users are logged in</message>
<defaults>
<allow_inactive>no</allow_inactive>
<allow_active>yes</allow_active>
</defaults>
</action>

</policyconfig>

## Fin du fichier———————-org.freedesktop.consolekit.policy————————

Vous ne devez pas faire un copier/coller, mais modifier simplement le fichier sur votre pcDuino3.

J’espère quel cela vous sera utile !

 

 

 

28 September 2014 at 11:44 am

Procédure à suivre pour réparer un bouton sur une tablette, en vidéo. No Comments

Pour compléter mon article sur “comment réparer le bouton power sur une tablette…” :

https://castman.fr/seconde-vie-pour-son-materiel/comment-reparer-le-bouton-power-sur-une-tablette-ezeetab1001/

Je vous présente ci-dessous, en vidéo,  la procédure en trois étapes :

 Je ne suis en aucun cas responsable des dommages occasionnés suite à une mauvaise manipulation.

Partie 1 – Démontage.

http://youtu.be/zjUYeCIB_Jg

DémontageVidéo

 

Partie 2 – Soudage.

 http://youtu.be/ey6v_n7pAQA

SoudageVidéo

 

Partie 3 – Remontage et test.

 http://youtu.be/UfVxD-a6PL0

RemontageVidéo

anime (46)

 

 

 

 

 

 

 

 

27 September 2014 at 1:19 pm

Banana Pi en test, troisième partie. 2 Comments

Dans cette troisième partie, je vais continuer à tester le Banana Pi, les GPIO, les connecteurs (CSI,…), ainsi que d’autres distributions Linux.

J’espère que d’ici là, j’aurais pu tester une version stable et fonctionnelle de la distribution XBMC !

Sous Lubuntu, toujours pas de vidéo via Youtube. Aucune information sur les forums ???? Pas de solution pour l’instant. (Impossible de trouver un plugin qui fonctionne !)

 

PLAN DU TUTORIEL.

 

1 – Démarrage automatique : Sous Lubuntu configuration du démarrage automatique de ma session.

2 – Désactivation du verrouillage de ma session : Sous lubuntu, désactiver le verrouillage de session avec “Light Locker”.

3 – Raspbian premier démarrage : Premier démarrage et configuration de “Raspbian_For_BananaPi_v3.0″.

4 – Arduino : Utilisation de l’arduino sur “Raspbian_For_BananaPi_v3.0”.

5 – Test des GPIO : Sous la distribution “Raspbian_For_BananaPi_v3.0”.

6 – BerryBoot : BerryBoot, enfin disponible sur Banana Pi.

 

Partie3-1

 

1 – Démarrage automatique : Sous Lubuntu configuration du démarrage automatique de ma session.

Si je démarre ma session en automatique, cela me permet de ne plus brancher de souris, ni de clavier, mais seulement un PowerPack ou la prise d’alimentation et la prise RJ45 au réseau, car dans mon cas, je n’ai pas encore de clé Wi-Fi compatible avec le Banana Pi.

On commence par démarrer sa session, ensuite vous ouvrez un terminal en “su“, et vous tapez votre mot de passe de session.

Maintenant vous taper ceci : sudo leafpad /etc/lightdm/lightdm.conf

Dans mon cas c’est mot de passe “bananapi” et ma session est “bananapi

Dans le fichier ouvert “lightdm.conf” sous leafpad, vous devez copier les 5 lignes ci-dessous :

[SeatDefaults]
autologin-user=votre_nom_d_utilisateur
autologin-user-timeout=0
user-session=Lubuntu
greeter-session=lightdm-gtk-greeter

A la deuxième ligne, ajouter votre nom de session (Attention ! Vérifier bien avant de faire la manipulation de ne pas faire d’erreur dans  “Paramètres utilisateur” avec votre nom de session)

Résultat après modification pour mon cas : 

[SeatDefaults]
autologin-user=bananapi
autologin-user-timeout=0
user-session=Lubuntu
greeter-session=lightdm-gtk-greeter

Enregistrer le fichier et redémarrer Lubuntu.

C’est chouette, j’arrive sur mon bureau sans rien taper au clavier !

 

Pour supprimer le démarrage automatique de ma session il faudra ajouter le # devant la ligne 2 et 3 du fichier “lightdm.conf” comme cela :

[SeatDefaults]
# autologin-user=bananapi
# autologin-user-timeout=0
user-session=Lubuntu
greeter-session=lightdm-gtk-greeter

Enregistrer et redémarrer.

Ce n’est pas fini, il faut configurer la veille de ma session, sinon retour à l’écran du login de ma session.

 

 

2 – Désactivation du verrouillage de ma session : Sous lubuntu, désactiver le verrouillage de session avec “Light Locker”.

Dans “menu“, “Préférences” et “Paramètres de Light Locker“. 

Configurer comme l’image ci-dessous.

 

3 – Raspbian premier démarrage : Premier démarrage et configuration de “Raspbian_For_BananaPi_v3.0″.

Démarrage de la distribution en 34 secondes.

La première chose à faire sur cette distribution pour les non anglophones, c’est de passer les menus et le clavier en FR pour Français. Pour les autres, vous pouvez passer à la partie B.

A- Installation du clavier “FR” “AZERTY” et des menus en Français.

Pour vérifier si vous êtes en “su” lors de l’ouverture d’un terminal, vous devez avoir “$“. Exemple : bananapi@lemaker ~ $

Pour le clavier en FR,  ouvrir un terminal, il est déjà en “su” (Super User), taper directement : sudo dpkg-reconfigure keyboard-configuration

Ensuite, pour passer les menus en FR, taper : sudo apt-get install language-pack-fr

Pour la mise à jour des paquets de la distribution : sudo apt-get update

Redémarrer la distribution Raspbian.

En option, vous pouvez faire la mise à jour du système (Attention ! Il peut y avoir des plantages pendant cette phase)

Taper : sudo apt-get dist-upgrade

B- Désinstallation de Mathématica. (Cela permet de libérer 462 Mo sur la SD)

Je n’ai pas la clé de licence !

Dans un terminal, taper : sudo apt-get remove wolfram-engine

Pour voir la liste des paquets installés, taper : dpkg –get-selections

Voilà, Raspbian est prêt.

 

 

4 – Arduino : Utilisation de l’arduino sur “Raspbian_For_BananaPi_v3.0”.

Je ne vais pas faire ici, un cours sur l’utilisation de l’arduino. Il faut simplement brancher l’Arduino sur un port USB et ensuite lancer le logiciel préinstallé “Arduino 1.5”. 

Il faudra certainement mettre à jour le logiciel.

Vous pouvez aussi acheter le shield  “Uno Board pour Banana Pi”, sur le site :  http://www.gotronic.fr/art-uno-board-pour-banana-pi-21962.htm

 

 

5 – Test des GPIO : Sous la distribution “Raspbian_For_BananaPi_v3.0”.

Je ne suis en aucun cas responsable des dommages occasionnés suite à une mauvaise manipulation.

Il y avait un bon exemple de test de GPIO via le site : http://banana-pi.fr/ , qui montre un exemple d’utilisation des GPIO, vous pourrez le voir quand le site sera de nouveau en ligne.

J’ai voulu tenter l’essai avec un écran LCD de 1.8″, mais cela est impossible à cause des “drivers” qu’il faut installer pour son utilisation.

Je vous conseille pour tirer le meilleur de cette petite bête, d’attendre des shields est des extensions qui sont compatibles Banana Pi.

Mon test simple de GPIO : (Test sur deux leds)

5.1- le programme.

Dans un terminal, il faut créer un dossier : “sudo mkdir led && cd led”

Créer maintenant le programme : “sudo nano led.c”

Copier le code ci-dessous dans le fichier led.c et enregistrer.

Fichier led.c (Deux leds clignotantes):

################

#include <stdio.h>
#include <wiringPi.h>

int main (void)
{

int temp = 100;
wiringPiSetup();

pinMode(5,OUTPUT);
pinMode(3,OUTPUT);

while(1)
{

digitalWrite(3,HIGH);

delay(temp);

digitalWrite(3,LOW);

digitalWrite(5,HIGH);

delay(temp);

digitalWrite(5,LOW);

}
return 0;

}

##############

Un autre exemple :

Fichier led.c (Une led qui clignote et une fixe):

################

#include <stdio.h>
#include <wiringPi.h>

int main (void)
{

int temp = 100;
wiringPiSetup();

pinMode(5,OUTPUT);
pinMode(3,OUTPUT);

while(1)
{

digitalWrite(3,HIGH);

delay(temp);

digitalWrite(3,LOW);

digitalWrite(5,HIGH);

delay(temp);

}

return 0;

}

##############

Vous pouvez cliquer dans le menu “Editon” et faite “coller”. 

Autre choix avec le bouton droit de la souris sur l’écran noir et choisir “coller”.

Pour enregistrer, il faut appuyer sur les touches CTRL et X, ensuite choisir “Y” pour oui, enfin valider le fichier “led.c”en appuyant sur “ENTER”

Vous pouvez vérifier la bonne création du fichier en tapant : “ls”

Passons à la compilation du programme, en faisant : “gcc -Wall -o led led.c -lwiringPi”

Si cela ne fonctionne pas, vérifier bien la ligne ci-dessus et repasser en “su”.

 

Démarrage du programme : sudo ./led

 

5.2- Le montage. 

J’utilise une vieille nappe de PC, pour connecteur LPT (imprimante), dans mon exemple.

J’ai un connecteur 26 fils mais seulement 25 connectés. Je fais donc attention à ma deuxième ligne de GPIO.

Connecter les câbles comme sur l’image ci-dessous :

 

 

 (Résistance de 100 ohms (marron/noir/marron//or), c’est suffisant pour les tests)

 

5.3- Résultat en vidéo.

 

Vidéo à télécharger (Une led qui clignote et une fixe), ici : http://uploadingit.com/file/ffapd0xdzqlqjyi9/GPIOtest.MOV

– Vidéo sur Youtube :

 

http://youtu.be/zj1b6y9SCT4

.

.

6 – BerryBoot : BerryBoot, enfin disponible sur Banana Pi.

 

Procédure d’installation de BerryBoot sur micro SD.

 

A-Installation de BerryBoot sur  le Banana Pi, avec un processeur A20.

Pour commencer, vous devez télécharger le fichier image en suivant ce lien ci-dessous :

Page de téléchargement, ici : http://www.lemaker.org/resources/9-131/berryboot.html

Ensuite, vous devez suivre la procédure décrite et cela pas à pas :

Après avoir téléchargé l’image BerryBoot compatible Banana Pi, il suffit de lancer un programme tel que “Win32 Disk Imager“.

Le logiciel permet de créer un système bootable sur lequel nous pourrons par la suite installer plusieurs distributions Linux et cela sur une seule carte micro SD.

Vous devez insérer une carte micro SD et ensuite lancer le logiciel Win32 Disk Imager, sur votre PC.

 

Enfin sélectionner l’image que vous avez préalablement téléchargée et décompressée deux fois pour arriver à cette image ” Berryboot_For_BananaPi_v1_0.img“.

 

Pour finir, vous pouvez lancer la procédure d’installation de l’image vers votre micro SD.

Maintenant, lorsque l’image a été installée sur la carte micro SD, vous pouvez mettre cette carte dans votre Banana Pi et le démarrer.

 

Votre premier écran de démarrage sous BerryBoot.

Valider, en cliquant sur  “OK”.

 

Accepter l’upgrade et veuillez suivre la procédure qui s’affiche à l’écran (Tout est automatique, la mise à jour et le redémarrage …)

 

Maintenant, il suffit de choisir dans le menu « Add OS » votre distribution Linux ou vos distributions Linux que vous voulez installer sur la microSD.

 

J’ai choisi une distribution dans la liste et maintenant l’installation démarre.

 

Pour finir, maintenant vous avez votre distribution Linux disponible dans la fenêtre sous “Add OS“.

 

Cliquer sur votre distribution Linux et celle-ci se lance.

Lubuntu

Fedora 18

Vous pouvez installer plusieurs distributions sur votre micro SD, en tenant compte de l’espace disponible sur votre micro SD.

Si vous voulez plus d’informations sur ce sujet, vous pouvez visiter le site suivant :  

http://forum.lemaker.org/viewthread.php?tid=4111&rpid=22076&ordertype=0&page=1#pid22076

 

C’est fini, et ça fonctionne.

 

 

Enjoy !

 

 

 

22 September 2014 at 9:00 am

ARCHOS ArcBook, un netbook tactile sous Android, à moins de 140 € ! 2 Comments

L'ARCHOS ArcBook.

archos_arcbook1

Le look est plutôt intéressant, car il ressemble à s’y méprendre à un petit ordinateur portable.

 

 

archos_arcbook2

Caractéristiques :

 

Écran 10″ tactile LT de 1024*600

Processeur Rockhip RK3168 Dual Core 1,2 Ghz

Carte graphique Powervr SGX540

Mémoire vive de 1 Go DDR3

8 Go flash

Clavier standard en FR “AZERTY”

Trackpad

Deux HP
.
Sortie audio avec jack 3.5
.
Micro
 .
USB Host
.
G-sensor
.
Micro USB en USB 2.0
.
Lecteur de cartes micro SD

Webcam de  0.3 MP   

 H.264 HD (up to 1080p @30fps), MPEG-42 HD (up to 1080p @30fps), extensions: AVI, MP4, MOV, 3GP, MPG, PS, TS, MKV, FLV
.
MP3, WAV (PCM/ADPCM), AAC3, AAC+ 5.13, OGG Vorbis, FLAC
.
JPEG, BMP, PNG, GIF
.
Vibration, MP3, WAV ringtones
.
uPnP /DNLA via l’application “Video and Media Server”

Wifi

Système d’exploitation Android 4.2.

Google play

Office pro 6 inclus

Batterie de 8000 mAh Li-Poly  (9 heures d’autonomie) 

Dimensions (LxHxP) 26,2 x 3,64 x 17,8 kg

Poids 1,25 kg

 

 

ARCHOS ArcBook
.
Chargeur secteur
.
Câble USB
.

Manuel

 
18 September 2014 at 4:09 pm

pcDuino et pcDuinoV2, avec un écran tactile de 2.8″, ça fonctionne ! 9 Comments

Dans ce tutoriel, je vous montre comment brancher un écran tactile de 2.8″  “Afficheur USB 2,8″ DFR0275” de RoboPeak.

 

J’ai trouvé le module ici : http://www.gotronic.fr/art-afficheur-usb-2-8-dfr0275-pour-raspberry-et-pcduino-21547.htm

 

 

 

C’est un écran couleur de 2,8″  LCD tactile qui se branche en USB et il est conçu spécialement pour les cartes Raspberry Pi, pcDuino, BeagleBone et Cubieboard.

 

Matériel :

Un pcDuino ou pcDuino V2 ( + Alimentation 2A 5V, câble réseau RJ45 et mini HUB USB pour brancher souris + clavier + l’écran LCD tactile)

Un écran LCD tactile 2.8″ de RoboPeak

Un câble USB vers micro USB pour connecter l’écran vers le port USB.

 

Procédure d’installation : (Dans mon cas j’installe les drivers et l’image de Lubuntu 13.04, sur une carte micro SD de 16 Go, car mes cartes micro SD de 8 Go sont trop insuffisantes pour l’installer)

 

A – Télécharger l’image.

Lien de téléchargement, ici : http://pan.baidu.com/s/1pJ9BPcJ

Cliquer sur les boutons :

1-  En haut. 

 

2- Au milieu de l’écran dans la fenêtre qui vient de s’afficher.

 

 

3- Faire enregistrer sous, en bas de votre explorateur ou dans téléchargement.

 

 

Vous obtiendrez cette image  “sdimage_8g_pcduino_alip_20130826_rpusbdisp_v2.img.xz” que vous devez décompresser pour obtenir “sdimage_8g_pcduino_alip_20130826_rpusbdisp_v2.img” dans le répertoire du même nom.

 

B – Installation de l’image sur une micro SD.

Il faut utiliser “SD Formater” pour préparer la micro SD vous pouvez suivre son utilisation ici : https://castman.fr/tutoriels-sur-les-tablettes-smartphones-micro-ordinateurs-firmware-google-play-reset-wifi/pcduino-et-pcduinov2-avec-un-ecran-tactile-de-2-8-ca-fonctionne/, dans la section Ma procédure pour installer Lubuntu pour Banana Pi” et  “A : Préparation de la carte SD (Sous Windows)”.

Ensuite, il faut utiliser un programme pour installer l’image de Lubuntu qui intègre les drivers de l’écran LCD tactile de 2.8″.

Pour cela il faut télécharger l’outil suivant « Win32Diskimager » depuis : http://sourceforge.net/projects/win32diskimager/files/Archive/

Décompresser le fichier et lancer le programme « Win32DiskImager.exe« depuis son répertoire.

Vérifier encore si le logiciel a bien détecté la bonne carte SD. Choisir l’image que vous avez précédemment téléchargée et décompressée “sdimage_8g_pcduino_alip_20130826_rpusbdisp_v2.img”, maintenant vous pouvez cliquer sur “Write“.

Attendre la fin de la procédure avec patience !

 

C- Démarrage de votre pcDuino ou pcDuino V2.

Lorsque cela est terminé, insérer votre carte SD dans votre pcDuino ou pcDuino V2.

Vous n’avez plus qu’à brancher l’écran LCD tactile sur un port USB du pcDuino ou pcDuino V2 et démarrer votre micro-ordinateur.

 

INFO :

L’image n’est pas conçue pour le pcDuino V2, mais pour le pcDuino. Ce n’est pas un problème car elle fonctionne parfaitement.

 

D- Étalonnage de l’écran.

Je vous conseille de ne pas modifier le réglage d’usine, car souvent, il fonctionne correctement. Cependant, si vous constatez que votre écran tactile ne réagit pas suffisamment, vous pouvez suivre la procédure ci-dessous.

Réglage de l’écran :

Brancher l’écran avec un adaptateur secteur 5V 1A ou 2A, ou directement sur l’USB du pcDuino avec un câble micro USB vers USB.

Au démarrage et pendant l’affichage du logo sur l’écran, vous devez appuyer longuement, jusqu’à l’apparition du message pour l’étalonnage de l’écran.

Maintenant appuyer avec votre doigt ou un stylet sur les points rouges 1 à 2 secondes, le point devient bleu et passe au suivant sur l’écran.

C’est fini ! La configuration est sauvegardée sur l’écran dans une mémoire flash. 

 

 

Ce qui m’intéresse :

– C’est un écran tactile.

– Une résolution d’écran de 320×240, en 65000 couleurs.

– L’écran est très lumineux.

– Rafraichissement de l’écran de 100 Hz. (Pas de scintillement ni de fatigue visuelle)

– Fonctionne uniquement avec une sortie USB (Pas besoin d’alimentation supplémentaire)

– Fonctionne avec une large gamme de “Mini PC”.

– Les drivers Linux sont libres, “Open Source”.

 

Ce que je regrette :

La procédure d’installation et la taille de l’écran.

– J’aurais préféré un écran de 5″ à 7″, minimum. Cet écran convient parfaitement pour une utilisation de contrôle sur des micro-ordinateurs, mais il permet aussi d’effectuer des manipulations directes sans autres éléments connectés via sa capacité tactile.

– La procédure d’installation, par laquelle l’on doit récupérer une image du système, (Ex : L’image de Lubuntu), pour l’installer ne me convient pas. Celle qui permet d’installer l’écran sur d’autres plateformes via des lignes de commandes, peut-être, si cela fonctionne correctement ! (Prochainement)

Je ne manquerais pas d’essayer l’installation de cet écran 2.8″ LCD tactile, sur le pcDuino3 et sur le Cubietruck, en automatique via une image du système disponible, mais aussi avec des lignes de commandes sous Lubuntu dans un terminal. 

Je pense faire l’essai sur le Banana Pi avec la distribution lubuntu ou Raspbian, si les drivers sont disponibles.

 

A vous de jouer !

 

16 September 2014 at 10:18 am

Comment protéger les boutons des tablettes, c’est facile ! No Comments

Astuce 15 : (Sept 2014)

Une seule image pour décrire cette astuce.

 

 

 

Ce n’est pas beau, mais ça protège !

Depuis cette modification, je n’ai plus jamais démonté la tablette pour ressouder les boutons. Pourtant elle tombe régulièrement sur le sol.

Pour l’instant je touche du bois, parce que l’écran n’est toujours pas cassé…

 

 

Une bidouille de plus, pour vous servir…

 

🙂

13 September 2014 at 7:09 pm

pcDuino8 (Beta), enfin un octo coeur ! No Comments

C’est bien un micro-ordinateur pcDuino8 (Beta), avec un processeur 8 coeurs !

 

 

 

 
style=”border: 0px;”
 

Caractéristiques:
CPU AllWinner A80 SoC,Octa-core big.LITLE CortexTM-A15/7 CPU architecture
GPU PowerVR 64-core G6230
DRAM 2GB
Onboard Storage 8GB Flash, microSD card (TF) slot for up to 64GB
Video Output HDMI 1.4 with HDCP support
OS
  • Android 4.4
  • Linux in development
Hardware headers 2.54mm spaced hardware headers
Network interface
  • Ethernet 10M/100M/1Gbps
  • Built-in WiFi
Audio out
  • 3.5mm analog audio interface
Bluetooth Integrated Bluetooth and Wifi module
IR IR receiver
JTAG 1 x JTAG Interface
Camera CSI
   
USB 1 x USB 3.0 OTG, 2 x USB 2.0 host
Power 5V, 2000mA

 

 

 

11 September 2014 at 9:10 am

pcDuino3Nano, une autre variante de pcDuino en version mini. No Comments

Une autre variante du pcDuino3, c’est le pcDuino3Nano en version mini.

 

 

 

 

Caractéristiques :

CPU AllWinner A20 SoC, 1GHz ARM Cortex A7 Dual Core
GPU OpenGL ES2.0, OpenVG 1.1, Mali 400 Dual Core
DRAM 1GB
Onboard Storage 4GB Flash, microSD card (TF) slot for up to 32GB
Video Output HDMI 1.4 with HDCP support
OS
  • Ubuntu 12.04
  • Android 4.2
Arduino extension interface Arduino sockets, same as Arduino UNO
14xGPIO, 2xPWM, 6xADC, 1xUART, 1xSPI, 1xI2C
Network interface
  • Ethernet 10M/100M/1Gbps
Audio out
  • 3.5mm analog audio interface
   
IR IR receiver
SATA SATA Host socket
Camera MIPI
   
USB 2 x USB host, 1xUSB OTG
Power 5V, 2000mA
Overall Size 3 5/8 ” x 2 1/8″

Logiciels OS … :

OS
  • Ubuntu 12.04
  • Android 4.2
Language
  • English
API
  • All the arduino shield pins are accessible with the provided API
  • It consists of API to access the following interfaces:
    • UART/ADC/PWM/GPIO/I2C/SPI
Programming language support
  • C, C++ with GNU tool chain
  • Java with standard Android SDK
  • Python

 

Ce n’est pas fini, il y a encore d’autres versions !

 

 

 

 

 

11 September 2014 at 8:48 am

Lego, le jeu réel devient virtuel en 3D ! No Comments

Vous connaissez certainement la marque  “Lego“.

Vous jouez ou vous avez joué dans votre jeunesse à monter, fabriquer des voitures, des maisons….

 

 

Et bien maintenant, il y a “Lego en 3D”.

 

      

 

Fonctionne sur PC/MAC, vous pouvez y construire, modifier, tester, des modèles existants ou créer les vôtres.

Nouveau ! Il y a aussi “LEGO FUSION“.

C’est un mode de jeu interactif entre des éléments physiques “briques plastiques” et le logiciel qui interagit avec ceux-ci via par exemple une tablette et sa caméra.  

 

 

Site : http://ldd.lego.com/fr-fr/

 

Page de téléchargement : http://ldd.lego.com/fr-fr/download

 

 

Enjoy” pour les fans de Lego.

6 September 2014 at 1:49 pm

Banana Pi en test, deuxième partie. 40 Comments

Banana Pi, suite de mes tests, deuxième partie.

Dans ce tutoriel, vous trouverez je l’espère plein de petites informations et bidouilles utiles pour vous aider à trouver une solution face à une problématique !

Bonnes bidouilles… 

En tout cas moi, j’ai pris énormément de plaisir à tester cette petite bestiole qu’est le “Banana Pi”.

 

Plan du tutoriel.

 

1-Android 4.2.2 : Installation d’Android 4.2.2 sur carte SD, ainsi que les tests.

2-Serveur VNC : Accès au bureau à distance du Banana Pi, via un serveur VNC.

3-Vidéos Youtube : Mes tests sur l’affichage des vidéos sur Lubuntu.

4-Session bloquée : Blocage au démarrage de votre session sous Lubuntu (C’est un problème récurrent !)

5-Créer des comptes : Créer des comptes utilisateurs et administrateurs.

6-SATA : Utilisation d’un disque dur en BOOT, c’est impossible !

7-HDD SATA : Préparation du matériel pour brancher un disque dur sur le port SATA.

 

 

1-Android : Installation d’Android 4.2.2 sur carte SD, ainsi que les tests.

Dans cette deuxième partie, je vais poursuivre mes tests et commencer par l’installation d’Android 4.2.2. J’attendais Android 4.4 (KitKat), tel qu’il était annoncé sur le  site, mais cette version n’est toujours pas disponible à ce jour ! 

La procédure n’est pas la même que pour installer une distribution Linux (ex : Lubuntu,Fedora….)

Une information importante ! Si vous n’arrivez pas à faire démarrer Android sur une carte SD, prenez en une autre, car j’ai constaté que sur deux cartes SD différentes en catégorie “4”, les deux installent sans problème Linux, mais une seule me permettait d’installer Android ????

 

A- Procédure d’installation pour Android 4.2.2.

A-1 : Préparation de la carte SD (sous Windows).

Insérer votre carte SD dans votre ordinateur. Vous devez utiliser une carte SD ou micro SD+Adaptateur SD de 4G ou plus.

Formater la carte SD :

Télécharger l’outil de formatage «SD Formater» depuis : https://www.sdcard.org/downloads/formatter_4/eula_windows/

C’est un super programme, car ce petit programme permet en activant l’option “On“, de formater votre carte SD et les partitions cachées ou partitions Linux etc.”

Décompresser et installer le programme “SD Formater“. 

Démarrer «SD Formater» en cliquant sur son icône sur le bureau ou dans la liste de vos programmes. 

Vous devez toujours vérifier que la carte SD correspond à celle que le logiciel détecte.

Cliquer sur “Option” et choisir “on”.

BPi5

Maintenant et seulement après avoir fait la vérification décrite ci-dessus, vous pouvez  cliquer sur le bouton “FORMAT”.

A-2 : Installation d’Android sur la carte SD.

Télécharger l’image d’Android, ici : “site en maintenance !

Un autre site pour le téléchargement en lien direct, ici : https://docs.google.com/file/d/0B38hUt6ypQXDQ1E5TVp0Zjg2a00/edit?usp=sharing&pli=1

Comme je le dis plus haut, je n’ai pas le choix pour Android, car pour l’instant, la seule image disponible c’est une version 4.2.2.

Décompresser le fichier téléchargé, deux fois. La première fois pour passer de Android_For_BananaPi_v2_0.tgz, en Android_For_BananaPi_v2_0.tar. Ensuite, dans un sous-répertoire, vous devez décompresser le fichier *.tar et après vous trouverez encore dans un autre sous-répertoire Android_For_BananaPi_v2_0.img, qui est l’image de l’OS à installer sur votre SD.

Nous allons maintenant installer l’image de l’OS sur notre carte SD.

Pour cela il faut télécharger l’outil suivant “PhoenixCard_V310_20130618“.

Le lien, ici : https://docs.google.com/file/d/0B38hUt6ypQXDVTB6cWJXZ3ZGNkE/edit?usp=sharing&pli=1

Décompresser le fichier et lancer le programme “PhoenixCard.exe” depuis son répertoire. 

Important ! Le logiciel PhoenixCard ne fonctionne pas sur un port SD de votre PC, il faut obligatoirement utiliser un adaptateur USB/SD pour installer Android sur la carte SD.

Vérifier encore si le logiciel a bien détecté la bonne carte SD. Choisir l’image que vous avez précédemment téléchargée et décompressée “Android_For_BananaPi_v2_0.img“.

Vérifier bien les options sur l’image ci-dessous.

Lorsque j’installe mon adaptateur USB/SD avec ma carte SD formatée précédemment, le logiciel la détecte (pour moi c’estIpour vous c’est une autre lettre qui s’affichera dansDiskCheck“).

Ensuite, cliquer dans “Img File” pour rechercher sur votre PC l’image suivante “Android_For_BananaPi_v2_0.img“, valider.

Dans la zone “Write Mode” vous devez choisir l’option “Startup !“, enfin vous cliquez sur “Format normal“.

(Le message suivant s’affiche dans une fenêtre quand c’est OK “Format Card To Normal Mode Success !”) 

Ce n’est pas fini !

Maintenant cliquer sur “Burn” à gauche.

Attendre la fin de la procédure avec patience !

Quand c’est OK, la fenêtre affiche Burn End …“, en bas à gauche.

B- Les tests.

J’insère ma carte SD dans le lecteur de carte SD face connecteurs dorés vers le haut et vers le Banana Pi.

Je pousse le bouton “Power” 2 à 3 secondes du Banana Pi et Android démarre …………………..

Le premier démarrage est très long, c’est normal !

En général, Android démarre entre 25 et 28 secondes sur le Banana Pi.

Si votre SD ne démarre pas avec Android, choisir une autre carte SD et refaire toute la procédure décrite ci-dessus !

Sous Android la sortie vidéo composite (prise jaune) fonctionne parfaitement.

Idem pour la sortie HDMI.

 

B-1 Premier démarrage.

L’environnement est fluide. 

Je ne vais pas faire une démonstration d’Android ici, car ce n’est pas mon but dans ce tutoriel. 

B-2 Activer le réseau.

La première chose à faire c’est de modifier les paramètres pour activer le réseau “LAN“.  

Il n’y a pas de Wi-Fi,  car le Banana Pi ne possède pas en natif de carte Wi-Fi. 

Vous devez cliquer sur “Settings” ensuite dans le menu de gauche “More“, enfin sur “Ethernet” dans la fenêtre de droite. Cocher la case face à “UseEthernet“, attendre quelques secondes, ça fonctionne !

B-3 Modifier la langue ….

Suivre la même procédure que le début “B-2- Activer le réseau“. Dans la colonne de gauche descendre et choisir “Language & input“. A droite cliquer sur “Language” en haut et choisir dans la liste déroulante “Français (France)“. C’est fini vous pouvez revenir au menu de démarrage.

B-4 Créer son compte Google Play.

Si vous créez un compte Google Play, cela vous permet d’avoir accès instantanément à une multitude de logiciels et programmes et souvent en version gratuite.

Si vous avez un compte Gmail, vous pouvez l’utiliser pour accéder au Google Play.

Si vous n’avez pas de compte Gmail vous pouvez le créer, ici : 

https://accounts.google.com/SignUp?service=mail&continue=https%3A%2F%2Fmail.google.com%2Fmail%2F&ltmpl=default

Encore plus simple, vous pouvez le faire directement depuis Android. 

B-5 Accès internet et test des vidéos.

Pas de son, mais la vidéo s’affiche presque correctement, mais avec de petites latences !… 

Pour activer le son, suivre la procédure dans “B-7 Activation du son”.

Lecture vidéo sur Youtube, en mode normal c’est nickel. Après quelques secondes de synchronisation, la vidéo passe plutôt bien en HD (720P).

B-6 USB ET HDD.

Cela fonctionne correctement pour la détection des clés USB et des disques durs USB.

Toutes les vidéos se lancent, mais aucun son ! (avi,mp4…). Il faut activer le son

Pour active le son voir dans “B-7 Activation du son”.

B-7 Activation du son.

Pour activer le son pour la sortie casque du Banana Pi, car je n’ai pas de son via mon écran PC.

Vous devez cliquer sur “Settings” ensuite dans le menu de gauche descendre sur “Son” et sur “Enable Pass Through” à droite, ensuite plus bas cliquer sur “Audio output mode” et choisir “Audio_codec“. (Dans mon cas j’utilise un casque).

B-8 Accès disque SATA.

Branchement sur l’alimentation du Banana Pi  et le câble SATA, le disque ne fonctionne pas ! (Je vais vérifier mon câble…)

J’utilise un HDD SATA 2.5 Samsung de 250 Go ! (Pour information : sur la toile des tests avec un HDD de 160 Go semble fonctionner correctement)

Branchement sur une alimentation externe et le câble SATA, au redémarrage d’Android ou directement pendant le fonctionnement d’Android, cela fonctionne.

B-9 Pour éteindre Android.

Il vous suffit d’appuyer 2 à 3 secondes sur le bouton “Power” du Banana Pi.

 

2-Serveur VNC : Accès au bureau à distance du Banana Pi, via un serveur VNC.

A- Configuration de Lubuntu et installation des logiciels (paquets).

Démarrage automatique et installation des paquets logiciels.

Démarrer votre Banana Pi, ensuite sur le bureau, lancer un terminal. Ex (LXTerminal) Maintenant il faut passer en super user en tapant “su” et valider. Ensuite, taper le mot de passe de notre utilisateur bananapi avec le mot de passe “bananapi“.

Maintenant que nous sommes Super User “su“, je configure le clavier en françaisen tapant : “sudo dpkg-reconfigure keyboard-configuration“. (Choisir le bon clavier et la langue et poursuivre la configuration)

Pour installer la langue française sur le système, je tape : “sudo apt-get install language-pack-fr”. Valider par “Y” pour l’espace de stockage.

Ensuite, je vous conseille de mettre à jour la liste des paquets pour Lubuntu : “sudo apt-get update“. 

Première tentative avec le serveur Vino : (Ne fonctionne pas !)

Configuration du serveur VNC (pour la connexion à distance). Il n’est pas présent dans cette version de Lubuntu pour Banana Pi. Pour l’installer taper : “sudo apt-get install vino“, ensuite on va le paramétrer en tapant : “vino-preferences” dans un nouveau terminal en mode normal et pas en “su”. 

Configurer la fenêtre ainsi : (mot de passe : bananapi)

C’est presque fini !

Il faut maintenant connaitre l’adresse IP de notre Banana Pi, en tapant  “ifconfig”.

* Dans eth0, j’ai 192.168.1.25 sur mon réseau.

* Le mot de passe que j’ai tapé dans la fenêtre de configuration ci-dessus.

Redémarrer le Banana Pi.

Mince ! Cela ne fonctionne pas en lançant le logiciel “VNC Viewer” sur mon PC ????

Désinstallation du serveur VINO : “sudo apt-get remove vino”

Deuxième tentative avec X11VNC Server : (Fonctionne occasionnellement)

Ce n’est pas grave, je vais tester avec un autre serveur VNC, je télécharge et j’installe dans la liste de mes paquets “X11VNC Server

Paramétrage : …. Je ne vous détaille pas la configuration, car cela fonctionne très très mal !

Troisième tentative avec tightvncserver : (Fonctionne parfaitement, enfin !)

Installation du serveur VNC en “su” (Super User) : “sudo apt-get install tightvncserver

Premier lancement et configuration : “tightvncserver

Définir le mot de passe VNC, après ce message (You will require a password to access your desktops), (Password), taper : “bananapi“.

À la seconde question (Would you like to enter a view-only password (y/n)?), taper : “npour non.

La dernière ligne affiche ceci : “New ‘X’ desktop is lemaker:2“, il faut retenir “:2” pour la connexion VNC client via un PC Windows ou Linux.

Relancer le serveur VNC en tapant : “tightvncserver

Maintenant taper “ifconfig” pour connaître l’adresse IP de votre Banana Pi : pour moi c’est  “192.168.1.25”.

C’est presque fini, il ne reste plus qu’à utiliser un client VNC sur votre PC, “RealVNC” ou “VNC Viewer” sous Windows.

Lancer par exemple RealVNC, ensuite taper l’IP comme ceci : “192.168.1.25:2

Lorsque le programme vous demande le mot de passe taper : “bananapi“.

Super cool, non ! 

B- Test de la connexion sur une tablette ou un smartphone.

Installer un logiciel comme “akRDC…” ou “androidVNC”.

Activer le Wi-Fi sur votre smartphone, la tablette c’est déjà fait, non !

Démarrage du logiciel et configuration : 

Nom du raccourci : bananapi

Configuration réseau du serveur VNC : 192.168.1.25

Port tcp… : 5902

Authentification automat ……….. “VNC password” taper : “bananapi”.

Ça fonctionne, c’est normallllllllllll !

C- Test de la connexion sur un PC.

Pour tester le Banana Pi via votre PC sous Windows, il faut utiliser un logiciel gratuit comme “VNC Viewer” ou “UltraVNC Client“. Ensuite, faites l’installation sur votre PC.

Lors du lancement il suffit de taper l’adresse IP, pour mon Banana Pi c’est 192.168.1.25:2, et ensuite mon mot de passe “bananapi” que vous aviez défini précédemment.

Ça fonctionne, c’est cool !

(VNC Viewer sur PC)

D- Démarrage automatique du serveur VNC “tightvncserver”.

Dans un terminal en “su” (Super User) taper : “sudo leafpad /etc/xdg/lxsession/Lubuntu/autostart”

Et ajouter la ligne suivante : “@/root/.vnc/xstartup”

Enregistrer et quitter.

Redémarrer la session et tester.

E- Modification de la configuration d’un serveur VNC “tightvncserver”.

Une petite astuce, si vous avez comme moi installé ce serveur sur un compte “Lemaker” “…”.

Connectez-vous sur un autre compte utilisateur que vous avez créé. (Voir section : “5-Créer des comptes : Créer des comptes utilisateurs et administrateurs.”)

Relancer la configuration du serveur VNC “tightvncserver”, en ouvrant un terminal en “su“, copier cette ligne “/usr/bin/vncserver”. Refaite la procédure de configuration décrite ci-dessus pour “tightvncserver”

Je vous conseille de copier les lignes qui s’affichent dans le terminal dans un fichier *txt, car vous en aurez besoin par la suite ! (il y a lemaker:1 ou 2 et la configuration du serveur).

Pour mettre “tightvncserver” en démarrage automatique, dans un terminal :

 “sudo leafpad /etc/xdg/lxsession/Lubuntu/autostart” dans votre terminal. Dans mon cas je copie la ligne suivante :”@/home/manu/.vnc/xstartup” dans mon fichier. J’enregistre.

C’est fini.

Je redémarre et maintenant mon serveur VNC, fonctionne parfaitement sur mon nouveau compte utilisateur.

Il y aura moins d’erreurs à cause de l’accès ROOT de l’utilisateur “Lemaker”…

Important ! Il semblerait qu’après un plantage ou une modification de la configuration de Lubuntu, le serveur VNC ne démarre plus.

Il y a une solution fastidieuse à  mettre en place, que je développerais peut-être dans un autre tutoriel, mais le plus simple est de relancer la configuration de “tightvncserver”, pour le reconfigurer en utilisateur simple et non en “su”. Il faudrait même mettre une adresse IP fixe pour éviter un changement dans la configuration.

Comme je l’avais indiqué plus haut, cette version de Lubuntu, est presque stable et de toute façon on arrive presque toujours à redémarrer, même après un plantage et cela en mode terminal.

Retrousser vos manches et à vos bidouilles !

Enfin la solution !

Enfin la solution pour le démarrage automatique de tightvncserver.
Dans un terminal sous Lubuntu, taper :
leafpad ~/.config/lxsession/Lubuntu/autostart

Dans le fichier ouvert qui est vide, taper :
@/root/.vnc/xstartup
@tightvncserver

Enregister et quitter.

Redémarrer le Banana Pi.

Ça fonctionne !

La première ligne n’est peut-être pas obligatoire !

De plus, pour ne pas avoir de message d’erreur lors d’une connexion depuis un PC sous Windows,  je vous conseille soit de modifier le démarrage automatique de la session pour que le Banana Pi s’arrête au choix de l’utilisateur, soit de déconnecter votre utilisateur sous Lubuntu.

C’est une simple suggestion et cela ne plante pas Lubuntu.
😉

 

 

 

3-Vidéos Youtube : Mes tests sur l’affichage des vidéos sur Lubuntu.

Pour l’instant sur Lubuntu, c’est très  compliqué de trouver une solution simple pour activer la vidéo sur des sites comme Youtube.

Les vidéos qui peuvent passer, sont des vidéos basse résolution, mais cela ne me satisfait pas !

À suivre !

PS : si vous avez une idée n’hésitez pas à poster, merci d’avance. 

 

 

4-Créer des comptes : Créer des comptes utilisateurs et administrateurs.

Dans une session Lubuntu, cliquer sur l’icône du menu, puis sur “Outils système“, ensuite “Utilisateurs et groupes“.

Maintenant vous pouvez créer un compte utilisateur en cliquant sur “+ Add“.

Choisir un nom : “marco“, un mot de passe : “bananapi“et le type de compte “Administrateur” ou “Utilisateur de l’ordinateur“.

Ensuite, dans “paramètres avancés” choisir onglet “Privilèges utilisateur” et cocher toutes les cases !

Enregistrer et voilà, au prochain redémarrage vous aurez un nouvel utilisateur.

 

 

5-Session bloquée : Blocage au démarrage de votre session sous Lubuntu (C’est un problème récurrent !)

Astuce pour créer un nouvel utilisateur : Connecter vous avec le compte “Guest session” qui doit toujours fonctionner. Vous pouvez ici créer un nouvel utilisateur pour démarrer Lubuntu, mais ce n’est pas mon sujet. 

Sur la page d’identification de votre session :

Appuyer sur les touches “CTRL” “ALT” “F2” en même temps (les consoles disponibles sont F1 à F6), ce qui ouvre un terminal en mode console. Pour revenir au mode graphique appuyer sur les touches “CTRL” “ALT” “F7“. Maintenant choisir la session qui pose problème. Dans mon cas, il y en a plusieurs !

Vous avez “lemaker login” : vous taper le compte que vous voulez débloquer pour moi c’est “bp” ou “bananapi” …

Taper le mot de passe associé au compte “bananapi” 

Enfin, taper ceci : sudo rm ./.Xauthority” et valider.

Voilà, vous pouvez passer en mode graphique en tapant “CTRL” “ALT” “F7” et redémarrer ou éteindre le Banana Pi.

Oh ! Miracle, au démarrage, je me connecte à ma session qui ne fonctionnait plus, c’est super !

 

6-SATA : Utilisation d’un disque dur en BOOT, c’est impossible !

Une information importante au sujet du connecteur SATA.

Il est, pour l’instant, impossible de démarrer une distribution via le connecteur SATA, car le processeur A20, n’implémente pas cette fonction !

C’est faux !  “Le processeur A20 supporte  nativement le SATA”.

Cela serait possible en installant le programme de Boot sur une carte SD, qui pointe vers le disque dur SATA…

Ce n’est vraiment pas cool, car mon but était de démarrer une distribution via le connecteur SATA et cela le plus simplement possible ! 

 

7-HDD SATA : Préparation du matériel pour brancher un disque dur sur le port SATA.

Le matériel nécessaire :

– Un vieux disque dur SATA

– Un câble SATA + mon câble d’alimentation SATA (fabrication en photo ci-dessous)

– Plus simple le Kit câble SATA vers Banana Pi, disponible ici : http://e.banana-pi.fr/fr/accessoires/1-cable-sata.html

 

 

Création du câble d’alimentation en images.

Câble d’alimentation SATA modifié suite à mes tests

Branchement sur le Banana Pi et détection sur Lubuntu, ça fonctionne ! (Il faut activer le disque dur).

Je constate que mon disque dur démarre correctement une fois sur deux. Aucun problème si j’utilise une alimentation externe, voir mon exemple pour créer une alimentation stabilisée, ici : 

https://castman.fr/seconde-vie-pour-son-materiel/alimentation-stabilisee-a-moindre-cout-cest-possible/

 

Sous Android, le disque manque d’énergie sur le câble d’alimentation pour pouvoir démarrer. Fonctionne parfaitement avec une alimentation externe.

 

 

Enjoy !

4 September 2014 at 10:49 am

« Older Posts