castman.fr – La technologie, à la portée de tous !

Ecologie et technologie en harmonie, est-ce encore de l'utopie !

Mon coup de gueule sur les nouveaux récepteurs TNT HD, ce n’est pas cool pour la planète ! 7 Comments

Mince alors ! Cela va devenir de plus en plus complexe, de garder son ancien téléviseur (Tube cathodique ou première génération de LCD) jusqu’à sa fin de vie, afin de contribuer à sauver notre planète, tout en évitant de créer des déchets électroniques sur des appareils qui sont encore fonctionnels !

Si vous trouvez un récepteur TNT HD premier prix, avec prise péritel, alors n’hésitez pas, achetez-le, car cela va changer !

Mes questions.

-À quoi sert le G21 ?

-Pourquoi, ne pas avoir attendu encore 4 à 5 ans de plus avant cette modification ?

 

Mon coup de gueule.

Au début de la TNT, c’est-à-dire à la préhistoire, quasi avant-hier.

Il y avait les récepteurs TNT SD (MPEG 2), pour faire évoluer le système hertzien archaïque !

.
Ensuite, au Moyen Âge, c’est-à-dire hier.

Il fallait acheter un récepteur TNT HD (MPEG 4), ou un nouveau téléviseur dans le cas de sa non-compatibilité, pour recevoir les nouvelles chaînes en HD.

Mais c’est encore un achat, pour passer de la TNT SD, c’est-à-dire en MPEG 2, vers la TNT HD en MPEG 4.

Les anciens téléviseurs sont souvent compatibles avec la HD.

Vous pouvez lires mes articles sur ce sujet, ici :

.

– Anciens téléviseurs (tubes cathodiques) et TV HD, c’est possible !…

– Vidéo HD sur téléviseur CRT (tube cathodique), c’est possible !…

– Première génération de téléviseur LCD et la TNT HD, c’est presque toujours possible !…

 

Vous pouvez lire aussi, tout mes articles qui traitent de la HD, directement ici :

TNT HD,VIDEO HD sur un téléviseur CRT (tube cathodique) et sur TV LCD première génération, c’est possible !…

 

De nos jours et après le 4 avril 2016.

Il faut avoir un récepteur TNT HD, pour recevoir de façon médiocre une soi-disant norme HD ….

Mais le problème c’est que la législation vient de changer et l’obligation de mettre une prise péritel sur un téléviseur n’est plus obligatoire pour les fabricants !

C’est certainement la même chose, pour le récepteur TNT HD, que l’on commence à trouver, dépourvu de cette prise péritel.
Je vous explique, si vous avez déjà un récepteur TNT HD (MPEG 4), qui fonctionne c’est super.

Mais, lorsque qu’il sera HS, vous ferez quoi ??

Et bien, vous achèterez le nouveau récepteur HD, dépourvu de ses connecteurs (Péritel/RCA). Vous serez donc obligé d’acheter un nouveau téléviseur, surtout si vous possédez un vieux téléviseur sans HDMI. Pour éviter cela, si votre TV est compatible avec la HD, il faudra ajouter lors de l’achat de votre récepteur TNT HD, un convertisseur HDMI/Péritel, j’ai bien dit un convertisseur et non un simple câble ! (Encore un achat de plus)

Voilà le pourquoi, de mon coup de gueule !

Il faut maintenant acheter un récepteur TNT HD (MPEG 4) et en plus un convertisseur HDMI/Péritel pour continuer à utiliser son ancien téléviseur qui fonctionne encore.

le prix de ce convertisseur HDMI/Péritel, est encore exorbitant !

De plus, il est presque quasi-inexistant dans les grandes enseignes et sur le Web.

Sur une TV cathodique ou sur une TV LCD de première génération de moins de 10 ans, l’image certes n’est pas en HD, mais suffisamment correcte pour regarder des films ou des émissions. Il ne faut pas oublier qu’un téléviseur LED premier prix, si vous vous approchez de votre téléviseur, vous constaterez une similitude avec des écrans cathodiques de moins de 10 ans aux niveaux des pixels de couleur.

Récepteur TNT HD avant modification de la législation. (Avec sortie USB REC, pour vos enregistrements)

RécepteurTNT-HD-HDMIetPéritel

 

Le récepteur TNT HD, après modification de la législation. (+ USB REC, pour vos enregistrements)

RécepteurTNT-HD-HDMI

+

Un convertisseur HDMI/Péritel. (Version câble, mais il existe aussi des boîtiers)

ConvertHDMI-Péritel

Mon coup de gueule sur la sortie USB multimédia et la sortie REC.

Je pourrais même faire un coup de gueule, sur la sortie USB multimédia qui ne sert qu’à lire les fichiers audio/vidéo et la sortie USB REC, qui permet l’enregistrement de vos émissions/films…. mais souvent dans un format et une norme de compression exotique !…

Ce n’est vraiment pas sérieux !

Un citoyen et internaute mécontent…

Bon, c’est un coup de gueule brouillon, mais ici mon but, n’est pas de faire du littéraire, mais de simplement faire passer le message d’un ras-le-bol ! Et je ne suis pas le seul sur le Web …

C’est dommage pour notre planète, encore des millions ou des milliers de téléviseurs, ainsi que des récepteurs TNT SD, qui vont finir à la décharge …

C’est un carton rouge …

 

SmileyRougePeur

Important !

Je pensais en avoir fini avec mon coup de gueule, mais ce n’est pas le cas. C’est à cause des changements prévus d’ici quelques années avec de nouvelles normes…

Comment s’en sortir dans ce melting-pot d’informations diverses !

Mon dernier conseil.

Si vous devez changer votre récepteur TNT SD ou TNT HD, vous pouvez choisir la version DVB T2 à la place d’un DVB T. (Même si je pense que ce récepteur ne durera pas, jusqu’en 2020 et + !…)

Dans un récepteur TNT HD, c’est la norme DVB T avec décodage vidéo maximum en MPEG4 ASP.

Pour finir, si vous devez changer de téléviseur, opter pour une version intégrant un récepteur DVB T2 avec décodeur  vidéo HEVC pour de lULTRA HD  (4K, 8K …). Mais il est plus vraisemblable, que vous trouviez un décodeur  MPEG4 H.264/AVC dans un récepteur DVB T2.

Cela vous évitera de changer encore une fois, de téléviseur d’ici 2020, si les normes sont incompatibles !

Mais ici aussi, est-ce que le téléviseur fonctionnera encore, après 2020 ???

Et vous constatez dans mon article sous forme de charabia, que rien n’est encore finalisé et que c’est encore le bazar !

Je suppose, que le nom définitif sera, récepteur TNT ULTRA HD ??????

 

18 February 2016 at 1:01 pm

Smartphone Yezz, écran 4,5″ avec processeur 4 cœurs en 4G, à moins de 70 €. No Comments

C’est le modèle, YEZZ Andy A4.5 EL LTE en noir.

C’est un smartphone avec un écran de 4,5″.

Le casque est médiocre, si vous êtes féru de musique, il n’est pas confortable ! Je préfère celui du Haier E50L pourvu d’un embout en caoutchouc, pour soulager l’oreille !

Un processeur 4 cœurs, couplé à 1 Go de RAM sous Android 5.1.

Un espace de stockage, sur un total de moins de 8Go (de 2,3 Go à 2,8 Go de disponible selon le smartphone)

Attention ! Il existe deux versions, une avec 4Go et une autre avec 8Go. Dans mon cas, c’est le Yezz avec 8Go d’espace de stockage.

Le plus complexe, c’est de trouver un cover (housse protectrice) pour protéger le smartphone !

Dans la boîte, il n’y a pas de protection (film transparent) pour l’écran.

Ce n’est pas mal tout ça, pour moins de 70 € !

 

 

 

YezzAndy4.5EL-LTE001

.

YezzAndy4.5EL-LTE002

.

Caractéristiques :

Écran 4,5″ (11,43 cm) FWVGA (480×854), tactile capacitif multitouch

Processeur 4 cœurs ARM Cortex A53, MT6735M à 1 GHZ

Processeur graphique intégré au processeur principal, c’est le Mali T720

1 Go de RAM

Espace de stockage :

C’est normalement moins de 8 Go, une partie pour le recovery et l’autre pour Android et les programmes.

Recovery…

3,80 GB, c’est votre espace de stockage (Il vous reste de 2,8 Go à 2,3 GB de libre selon le smartphone….)  

Extensible via micro SD

Lecteur de carte micro SD, compatible jusqu’à 64 Go

Android 5.1 (64-bit)

Réseau 4G

Bluetooth

Wifi

Autonomie en veille 330h (mode avion)

Autonomie en communication 12h

Photo 5,3 MP avec flash LED au dos (3072×1728)

Photo 1,3  MP en face avant

Vidéo en full HD

Lecteur Audio MP3

Radio FM

Compatible GPS A GPS

DAS de 0,563 W/KG

Un emplacement mini SIM

Un emplacement micro SIM pour la 4G

Poids 146 g

 

Dans la boîte, vous avez :

Le smartphone Yezz ANDY 4.5EL LTE Noir

Une documentation succincte

Un guide de démarrage rapide

Un kit oreillette

Un adaptateur Secteur/USB

Un câble pour le chargement et pour le data, USB/micro USB

L’accu de 2000 mAh

 

Prochainement, le test.

Smartphone Yezz ANDY 4.5EL LTE, le test !

 

 

 

14 February 2016 at 10:14 am

Odroid-C2, un nano-ordinateur 4 cœurs, à moins de 50 €. No Comments

Un nouveau projet dans la gamme Odroid, c’est l’Odroid-C2.

 

Odroid-C2

.

Les informations et les photos, proviennent d’ici :
http://forum.odroid.com/viewtopic.php?f=135&t=18683

.

Odroid-C2-01

.

Odroid-C2-02

 

 

Caractéristiques :

Odroid-C2 Caract01

.

Des magasines gratuits, (Téléchargement via le Web en format pdf) sur l’univers Odroid, c’est par ici :

http://magazine.odroid.com/

 

Le prix, hors frais de port : 48,80 € en précommande.

 

 

12 February 2016 at 2:01 pm

Raspberry Pi 2 B, un Dashboard à votre sauce ! Septième partie. No Comments

Je ne vais pas faire un tutoriel sur la création d’un Dashboard, mais simplement vous indiquer le lien vers les sites qui proposent cette idée.

Premier lien ci-dessous et c’est en français, un tableau de bord constitué de Widgets  :

http://www.networkshare.fr/2015/05/tuto-dashboard-raspberry-pi-dashing/

 

 

Merci Adrien, de http://www.networkshare.fr pour son tutoriel en français.

Une photo du projet :

IMG_20160205_143527

Avant de vous lancer dans cette installation et de suivre le tutoriel d’Adrien, un petit :

sudo apt-get update

Et

sudo apt-get upgrade

Vous pouvez commencer la procédure d’installation !

À la fin du tutoriel et avant de faire un test dans votre navigateur, je vous conseille de faire un redémarrage de votre Raspberry Pi 2 B, sinon vous aurez un message d’erreur lorsque vous copiez la ligne http://localhost:3030/sample

Au redémarrage vous devrez comme il est indiqué dans le tutoriel d’Adrien, dans un terminal, ressaisir les trois dernières commandes pour relancer le serveur.

Lorsque vous tapez la dernière ligne “dashing start“, vous devez noter l’information qui s’affiche.

Dans mon cas c’est : Listening on 0.0.0.0:3030, CTRL+C to stop

C’est cette information, que je colle dans mon Navigateur Web Epiphany, ou sur Chromium si vous l’avez installé.

Je colle ceci dans mon navigateur :

0.0.0.0:3030

C’est cool !

Ou si vous préférez :

http://localhost:3030/sample

À vos bidouilles …

 

 

Un autre projet qui m’a époustouflé, c’est celui-ci :

Je vous donne ci-dessous, le lien vers le créateur originel du concept !

http://www.magdiblog.fr/boa-pi-homedashscreen/1-raspberry-pi-home-dash-screen/

 

Une photo du projet :

(Photo du site magdiblog.fr)

magdiblog.fr01

 

C’est une superbe idée !

Merci pour votre travail et votre site, Olivier de http://www.magdiblog.fr

 

 

Un autre projet de tableau de bord directement dédié aux GPIO.

Un tutoriel en français, c’est par ici :

http://www.framboise314.fr/berryio-trop-beau-pour-etre-vrai/

 

BerryIo GPIO

Merci à Daniel BULL, pour sa création.

Merci François MOCQ de http://www.framboise314.fr, pour votre tutoriel en français.

Et bien d’autres sites et blogs ….

 

 

 

Enjoy !

5 February 2016 at 1:50 pm

Raspberry Pi 2 B, sous Android Lollipop 5.1, sixième partie. 5 Comments

Dans ce tutoriel, je vais installer Android Lollipop 5.1 sur le Raspberry Pi 2 B.

J’utilise pour une fois, le système Raspbian sur mon RBPi2 pour faire le tutoriel, même si pendant la procédure, je suis passé par des chemins transverses sous Windows pour comprendre mes erreurs ! Mais pour une fois, j’utilise bien Raspbian déclinaison de Débian, avec une procédure propre à cette distribution.

Vous pouvez donc, suivre ce tutoriel du début à la fin sur votre Raspberry Pi 2, pour installer Android 5.1 sur ce nano-ordinateur.

 

android-5.1-lollipop  +       BoîtierRBPi2B-12

 

————Plan du tutoriel————–

1- Pour commencer, il faut suivre le tutoriel vidéo, en anglais.

2- Téléchargement des fichiers sur le Raspberry Pi 2, sous Raspbian.

3- Installation de Gparted et création de mes partitions sur une micro SD de 8 Go.

3- 1 Installation de Gparted.

3-2 Préparation des partitions sur une micro SD, pour accueillir Android 5.1.

4- Première tentative de copie des fichiers d’Android, sur ma micro SD.

5- Modifier mes droits d’accès en root, pour tous les fichiers et répertoires.

6- Configurer mes accès aux clés USB/HDD, sous Raspbian.

7- Copie des fichiers et finalisation de l’installation.

8- Premier démarrage d’Android 5.1, sur mon Raspberry Pi 2.

 

————Début du tutoriel————–

 

1- Pour commencer, il faut suivre le tutoriel vidéo, en anglais.

Pour commencer, je regarde le tutoriel en anglais, sur Youtube :

https://youtu.be/aSgQDhM84Ko

 

Merci à Geek Till It Hertz, pour cette démonstration de l’installation d’Android, car c’est la seule vidéo qui m’a permis d’arriver à installer Android sur le RBPi2.

 

Je m’inspire de son tutoriel vidéo, ci-dessus pour réussir à finaliser le mien !

 

2- Téléchargement des fichiers sur le Raspberry Pi 2, sous Raspbian.

Je télécharge le fichier pi5-1.zip, ici :

http://www.mediafire.com/download/cn5e1qbfapbnqix/pi5-1.zip

 

Dans mon cas, j’ai téléchargé le fichier dans /home/pi/Documents.

Je décompresse le fichier, sous Raspbian.

Clic droit de la souris sur pi5-1.zip et choisir, Extraire ici

.

pi5-1imageZip01

Maintenant, passons à la préparation d’une carte micro SD, pour accueillir Android 5.1.

Pour suivre la procédure d’installation, vous pouvez lire le fichier install.txt, dans le répertoire pi5-1, que vous venez de décompresser.

——-Le fichier——-

# Prepare sd card
Partitions of the card should be set-up like followings.
p1 512MB for BOOT : Do fdisk, format as fat32, tag bootable flag
p2 537MB for /system : Do fdisk, new primary partition, size 512M.
p3 512MB for /cache : Do fdisk, format as ext4
p4 remainings for /data : Do fdisk, format as ext4

# Write system partition
$ cd out/target/product/rpi2
$ sudo dd if=system.img of=/dev/<p2> bs=1M

# Boot partition, kernel & ramdisk
device/brcm/rpi2/boot/* to p1:/
kernel/rpi/arch/arm/boot/zImage to p1:/
kernel/rpi/arch/arm/boot/dts/bcm2709-rpi-2-b.dtb to p1:/
out/target/product/rpi2/ramdisk.img to p1:/

——-Fin du fichier———

.

3- Installation de Gparted et création de mes partitions sur une micro SD de 8 Go.

3- 1 Installation de Gparted.

Gparted, c’est l’outil par excellence pour la gestion des partitions sous Linux.

InstallationGparted01

J’installe, dans un terminal, depuis le Raspberry Pi 2 B, l’outil GPARTED, en tapant :

sudo apt-get install gparted

Valider.

InstallationGparted02

Taper, oui :

o

Valider.

C’est fait.

Vous constaterez l’apparition de l’icône Gparted dans le menu, mais vous ne pouvez pas faire les manipulations qui suivent via celui-ci et cela à cause des droits de l’utilisateur actuel !

InstallationGparted03

Maintenant, toujours dans le terminal, je tape :

sudo gparted

Valider.

InstallationGparted04

.

3-2 Préparation des partitions sur une micro SD, pour accueillir Android 5.1.

J’insère ma micro SD de 8 Go, dans un adaptateur micro SD/USB et cela sur un des ports USB de libre du RBPi2.

Dans Gparted, menu du haut à gauche, je clique sur Gparted, puis sur Actualiser les périphériques.

InstallationGparted05

Maintenant, sur la droite, je clique sur le rectangle m’informant des disques présents.

Dans mon cas, je descends sur /dev/sda, qui correspond à ma clé micro SD/USB avec ma carte micro SD de 8 Go vierge.

.

InstallationGparted06

Attention !

Je ne touche pas à la micro SD nommée /dev/mmcblk0p6

C’est le système actif, sur lequel je suis !

.

InstallationGparted07

Je supprime la partition fat32, comme sur l’image ci-dessous.

Je valide, en cliquant sur Appliquer.

Accepter le message qui s’affiche.

Résultat.

InstallationGparted08

Je clique, sur le menu Périphérique.

Ensuite, sur Créer une table de partitions…

InstallationGparted09

.

InstallationGparted10

Rester sur le choix par défaut, concernant la table des partitions MSDOS.

Cliquer sur Appliquer.

InstallationGparted11

Maintenant, je vais créer mes partitions.

Première partition.

Cliquer sur Ajouter.

GpartedCreatePartitions01

.

Partition primaire, avec une taille de 512 Mo en Fat32 nommée boot.

Résultat :

GpartedCreatePartitions02

Seconde partition.

Cliquer sur l’espace non alloué, avec bouton droit de la souris et choisir nouvelle.

GpartedCreatePartitions03

Partition primaire de 537 Mo en ext4 avec le nom system.

GpartedCreatePartitions04

Cliquer sur Ajouter.

Résultat :

GpartedCreatePartitions05

Troisième partition.

Cliquer sur l’espace non alloué, avec le bouton droit de la souris et choisir nouvelle.

GpartedCreatePartitions06

Partition primaire de 512 Mo, ext4, nommée cache.

Cliquer sur Ajouter.

GpartedCreatePartitions07

.

Résultat :

GpartedCreatePartitions08

.

Quatrième partition.

Cliquer sur le reste de l’espace non alloué, avec le bouton droit de la souris et choisir nouvelle.

GpartedCreatePartitions09

Le reste de l’espace non alloué, dans mon cas 6018 mo, toujours en partition primaire, en ext4 et je la nomme data.

GpartedCreatePartitions10

.

Cliquer sur Ajouter.

Résultat :

GpartedCreatePartitions11

.

C’est presque fini, pour la procédure de création des tables !.

Enfin, je vais finaliser et valider tout cela.

Cliquer sur Appliquer, pour créer toutes les partitions. Un message s’affiche, cliquer encore sur Appliquer.

GpartedCreatePartitions12

Soyez patient !

Résultat final :

GpartedCreatePartitions14Fin

.

Important !

Ne tenez pas compte du point de montage de ma première partition, car sur ma distribution, j’ai installé divers HDD et clés USB, c’est le pourquoi de cette erreur, que je vais corriger plus bas.

.

Il faut maintenant, activer la partition de boot pour que la micro SD puisse démarrer le RBPi2.

Cliquer sur la première partition bouton droit, descendre sur Gérer les drapeaux et choisir boot.

GpartedCreatePartitions15

.

GpartedCreatePartitions16

Valider en cliquant sur Fermer.

C’est fait.

Passons à l’installation d’Android 5.1 sur cette micro SD.

Important !

Si vous démarrez avec une nouvelle installation de Raspbian, sans avoir fait de modifications, vous pouvez passer à l’étape 5.

.

4- Première tentative de copie des fichiers d’Android, sur ma micro SD.

Il faut commencer par copier les fichiers ci-dessous en image vers la partition boot de ma micro SD, en utilisant le gestionnaire de fichiers.

GpartedCreatePartitions20

Il faut pour cela, remonter les répertoires avec la flèche verte qui monte.

Je clique sur hddusb, qui correspond à ma micro SD sur la partition boot. Ma partition est montée en /hddusb/250G on le constate sur le logiciel Gparted.

GpartedCreatePartitions14Fin

 

Je fais une copie de tous les fichiers du répertoire pi5-1, que j’ai décompressé au début du tutoriel, sauf le fichier system.img et install.txt.

Je copie l’ensemble de ma sélection sur la partition boot active de ma carte micro SD, dans mon cas /hddusb/250G.

Bouton droit de la souris sur les fichiers en surbrillance et choisir copier.

Je me déplace dans le dossier /hddusb/250G et je fais coller …..

Mince !

Cela ne fonctionne pas.

Vous voyez ainsi, le cheminement normal d’un utilisateur lambda, qui débute sous Linux version Débian.

J’ai bien réussi à effectuer cette procédure, en modifiant les droits, pour copier mes fichiers comme je l’indique plus haut, mais comme le point de montage n’est pas le bon, mes fichiers n’apparaissent pas sur la partition boot de ma micro SD !

Je passe à ma solution, pour résoudre les problèmes rencontrés.

5- Modifier mes droits d’accès en root, pour tous les fichiers et répertoires.

Gestions des droits sous Raspbian.

Des problèmes de droits …. Bla Bla Bla, c’est une partie de l’univers Linux qui me gonfle.

Chercher une solution à un problème donné ???? Vous avez une multitude de bidouilles sur le Web …. Mais comme souvent cela ne fonctionne PAAAAAAAAAAAAAAAAAASSSSSSSSSSSSSSSSS !

Mais c’est ici, que l’on constate la puissance de Linux, sur la protection des données, d’un utilisateur !

Ma solution pour contourner les droits, ou plutôt pour réussir à écrire mes fichiers sur ma micro SD, sur la partition boot, par exemple.

Que ce soit en accès direct sur le Raspberry Pi 2 B via un clavier/moniteur et souris, ou via une connexion sur mon PC sous Windows avec comme client UltraVnc, voici une solution qui fonctionne parfaitement sur cette nano-machine.

Procédure à suivre :

En premier, je déconnecte mon adaptateur micro SD/USB du RBPi2, je me déconnecte du Raspberry Pi 2 du PC. Je redémarre la nano sous Raspbian ….

Le Raspberry Pi 2 démarre et à l’invité de commande je retape mon  login pi et mon mot de passe raspberry.

Maintenant je suis toujours en :

pi@raspberrypi ~$

Je tape :

sudo su

Valider.

Je passe en root :

root@raspberrypi:/home/pi#

Maintenant, je rajoute mon serveur tightvncserver pour ajouter un accès sur mon PC avec UltraVnc (Ce n’est pas obligatoire), en tapant :

tightvncserver

Valider.

Je rentre deux fois mon mot de passe de connexion, qui est :

raspberr

Valider deux fois cette étape.

Enfin à la troisième question je dis non, en tapant :

n

Valider.

Je mémorise l’info qui s’affiche à l’écran = Log file is /root/.vnc/raspberrypi:1.log qui me donne 1.

Pour connaître l’adresse IP, je tape :

ifconfig

Valider.

 

Maintenant, il est possible de lancer startx directement depuis le Raspberry Pi 2, ou comme dans mon cas depuis mon PC sous Windows, je lance UltraVnc.

 

Sous UltraVnc, je tape dans mon cas : 192.168.1.10:1

Ensuite, je tape mon mot de passe : raspberr

Je suis en root sur mon RBPi2 depuis mon PC avec tout les droits ……

C’est fini pour la bidouille sur les droits d’accès aux fichiers et aux répertoires.

 

6- Configurer mes accès aux clés USB/HDD, sous Raspbian.

Sous Rasbian, j’ai des difficultés pour accéder à mes clés USB et mes Disques Durs USB, ou mes adaptateurs micro SD/USB.

Le problème apparaît, lorsque l’on branche, divers HDD USB et des clés USB. Dans mon cas une ligne de configuration à été installée dans un fichier qui gère les périphériques amovibles.

C’est pour cette raison, que j’ai un problème !

Cette solution peut servir pour d’autres cas, concernant les clés USB ne sont plus détectées et montées.

 

Il faut savoir que sur Ubuntu et toutes ses déclinaisons comme Lubuntu, Xubuntu …. la gestion des périphériques amovibles ont été simplifiées à l’extrême, comme si vous étiez sous Windows. Mais sous Raspbian, déclinaison de Débian c’est une autre histoire et je me retrouve presque à l’âge de pierre, comme il y a 20 ans avec les distributions Linux.

La solution pour régler cela, en essayant de rester le plus simpliste possible dans mes explications, c’est maintenant.

Dans mon cas sous Raspbian, après un redémarrage de mon RBPi2, il m’est impossible de monter la partition boot que je viens de créer avec Gparted, d’ailleurs l’option est même désactivée dans mon cas. C’est normal car ma partition pointe vers le point de montage d’un autre HDD. C’est ici mon problème.

Les autres partitions en ext4 sous Linux pas de problème au redémarrage, j’active chacune d’elles via une boîte de dialogue qui s’affiche.

Je vais donc m’atteler à activer cette partition présente sur ma micro SD, via mon adaptateur micro SD/USB inséré sur le RBPi2.

Je vous conseille de suivre cette procédure, directement depuis votre Raspberry Pi 2 et non avec un client distant comme UltraVnc, c’est plus simple !

Je vous conseille de faire le reste de la procédure en suivant la partie  (5- Modifier mes droits d’accès en root, pour tous les fichiers et répertoires.)

Attention !

De plus, ne pas oublier de désactiver le point de montage de la première partition boot en fat32 de la micro SD qui servira à l’installation d’Android.

 

Je démarre ma procédure.

En premier je démarre mon Raspberry Pi 2 :

Je tape :

pi

Valider.

Le mot de passe :

raspberry

Valider.

Enfin je passe en root, en tapant :

sudo su

Valider.

Enfin :

startx

Valider.

Dans un terminal sous Raspbian, je tape :

cd /

Valider.

Cela me permet de retourner à la racine de mon système Raspbian et pour vérifier cela je tape :

ls

Valider.

Petite info !

Oui je sais, je me répète …

Dans mon cas, j’avais branché un disque dur USB de 250G, qui a été validé sous Raspbian. Mais depuis lorsque je monte un disque externe (clé USB en fat32) celui-ci tente de se connecter sur /hddusb/250G.

C’est pourquoi, je n’arrive plus à activer cette partition et si je copie mes fichiers sur celle-ci, les fichiers n’apparaîtront pas.

Il faut donc, que j’ouvre mon fichier de gestion des périphériques de stockage amovibles. Je suis toujours à la racine de Raspbian dans un terminal, je tape :

cd etc

Valider.

ls

Valider.

J’ouvre le fichier qui gère mes disques, en tapant :

sudo leafpad fstab

Valider.

ConfigurationUSBetHDD-fstab02


—————-Mon fichier fstab————-

proc /proc proc defaults 0 0
/dev/mmcblk0p5 /boot vfat defaults 0 2
/dev/mmcblk0p6 / ext4 defaults,noatime 0 1
# a swapfile is not a swap partition, so no using swapon|off from here on, use dphys-swapfile swap[on|off] for that
/dev/sda1 /hddusb/250G iso9660 defaults 0 0

—————-Fin du fichier fstab————-

 

Dans mon cas, le problème vient de mon disque sur la ligne ……/hddusb/250G, qui bloque l’accès à mes autres disques, je la supprime et j’enregistre en quittant fstab.

Lorsque cela fonctionnait, le point de montage de ma partition boot était ici, mais pas de fichiers. C’est normal, car ce n’est pas le bon point de montage !

Il faut en créer un pour cela.

 

Je lance Garted et je sélectionne mon disque en haut à droite.

Je constate que ma partition boot n’est pas montée, elle est identifiée comme ceci :

/dev/sda1

Je vais pour l’instant monter ma partition simplement avec quelques commandes. Il faut savoir que sous Linux, lorsque l’on branche une clé USB par exemple, il faut que la clé soit liée à un répertoire existant sur votre système.

C’est-à-dire deux choses :

– ma partition physique,  c’est /dev/sda1.

– le point de montage de ma partition sur le système Raspbian, que je vais créer manuellement.

 

Mes autres partitions ont été montées dans /media.

Je vais faire la même chose.

pi5-1InstallSystem01

Étape 1.

Je commence par créer mon point de montage pour ma partition.

Le répertoire media avant la manipulation.

ConfigurationUSBetHDD03

Dans on terminal actuel je suis sur /etc, je taper :

cd ..

Valider.

Maintenant, je vais créer mon point de montage, en tapant :

mkdir /media/boot

Valider.

ls media

Valider et vous constatez l’apparition d’un répertoire boot dans le répertoire media.

ConfigurationUSBetHDD05

Étape 2.

Je vais maintenant lier ma partition physique à mon point de montage.

Je retourne dans mon fichier fstab et dans mon cas je fais cette modification en ajoutant directement une ligne à la fin du fichier.

Dans un terminal, je suis dans /etc :

Je tape :

leafpad fstab

Valider.

J’ajoute cette ligne ci-dessous, à la fin du fichier :

/dev/sda1 /media/boot vfat defaults,user 0 0

J’enregistre et je quitte leafpad

Mon fichier fstab après modification.

———Mon fichier fstab———-

proc /proc proc defaults 0 0
/dev/mmcblk0p5 /boot vfat defaults 0 2
/dev/mmcblk0p6 / ext4 defaults,noatime 0 1
# a swapfile is not a swap partition, so no using swapon|off from here on, use dphys-swapfile swap[on|off] for that
/dev/sda1 /media/boot vfat defaults,user 0 0

———–Fin fstab———–

 

7- Copie des fichiers et finalisation de l’installation.

 

Je redémarre mon Raspberry Pi 2.

Je tape pi et mon mot de passe raspberry.

Je me connecte en root en tapant :

sudo su

je lance startx

Je démarre mon explorateur de fichier PCMANFM, je vais dans le répertoire où sont mes fichiers Android à copier.

Je vais dans le répertoire ou j’ai décompressé les fichiers d’Android 5.1, mais comme j’ai téléchargé en utilisateur simple et que maintenant je suis en root, je retrouve mes fichiers dans /home/pi/documents/pi5-1.

Je sélectionne mes fichiers sauf install.txt et system.img, bouton droit de la souris et copier.

ConfigurationCopieFichiersBootOK01

Sur l’arborescence des répertoires, je descends sur media et enfin boot, et je clique dans la fenêtre de droite. Je clique maintenant bouton droit de la souris et je valide par coller.

ConfigurationCopieFichiersBootOK02

C’est fait, mes fichiers  sont enfin copiés !

ConfigurationCopieFichiersBootOK03Fin

Ça fonctionne enfin !

Et depuis la suppression de la ligne de mon ancien HDD, dans le fichier fstab le fameux /hddusb/250G, mes clés sont détectées correctement !

 

Je passe à la suite de mon tutoriel.

 

C’est cool…. ça fonctionne !

 

Ouvrir le fichier install.txt ou plus simple utiliser le fichier au début du tutoriel pour copier les lignes de commandes.

pi5-1imageInstallationInstall-txtAndro01

Je reste en root, pour la suite :

pi5-1imageRoot01

root@raspberrypi:/home/pi#

Maintenant, je vais me placer dans le répertoire pi5-1 que j’ai décompressé précédemment.

Dans mon cas, je tape :

ls

Valider

cd Documents

Valider

ls

Valider.

le répertoire est visible sous le nom : pi5-1

Je tape :

cd pi5-1

Valider.

ls

Constat, je suis bien dans le répertoire pi5-1 avec les fichiers dont j’ai besoin pour la suite de la procédure.

pi5-1InstallRep-pi5-1-01

Je passe à la préparation de ma seconde partition, c’est system. Lorsque je regarde sur Gparted ma partition 2 est sda2. J’ai besoin de cette information pour continuer.

Je copie la ligne suivante présente dans le fichier install.txt que je vais modifier en fonction de ma carte micro SD.

je colle ceci, dans mon cas :

sudo dd if=system.img of=/dev/sda2 bs=1M

Valider.

pi5-1InstallSystem02

Soyer patient ! …

Résultat :

pi5-1InstallSystem03

Lorsque la procédure est terminée, taper :

sync

Valider.

Il faut maintenant quitter tous les programmes.

Éteindre le Raspberry Pi 2, débrancher l’alimentation.

Insertion de la nouvelle micro SD avec Android Lollipop 5.1 dans le lecteur micro SD du RBPi2.

.

8- Premier démarrage d’Android 5.1, sur mon Raspberry Pi 2.

Brancher l’alimentation.

Le Raspberry Pi 2 démarre, sous Android Lollipop 5.1.

Andro5.1-07

 

Premier démarrage du Raspberry Pi 2, sous Android 5.1.

C’est long, mais c’est tout à fait normal pour le premier démarrage.

Andro5.1-08

 

Je  ne vais pas faire une démonstration, ni même un tutoriel sur la configuration d’Android, mais simplement faire un constat.

Mon premier écran sous Android 5.1.

Andro5.1-09

Les programmes…

Andro5.1-010

Navigation Web disponible de suite…

Clé USB fonctionne correctement.

Le Raspberry P 2 démarre rapidement sur cette distribution Lollipop 5.1.

Le Français n’est pas disponible !

Impossible d’installer des outils pour tester l’environnement via Aptoide et même Google Play  et les services associés, qui  ne sont pas installés !

Aptoide et Google Play plantent !

C’est une version qui n’est pas complètement finalisée et qui est plus dédiée aux bidouilleurs aguerris sous Android et pour les développeurs, mais …

Ça fonctionne !


4 February 2016 at 12:16 pm