castman.fr – La technologie, à la portée de tous ! Toujours d’actualité … Écologie et technologie en harmonie, est-ce encore de l’utopie ? Sur mon site, vous trouverez une mine d’informations, sur les produits high-tech en général. Vous trouverez aussi, des tutoriels, des astuces, mes coups de gueule et mes coups de cœur, sans oublier, mon espoir sur le thème “Je contribue, pour ma planète !“. Je n’ai pas la science infuse, mais c’est la science qui fuse.

Mon histoire avec mon premier ordinateur personnel, l’Amstrad CPC 464 avec lecteur de disquette et imprimante DMP2160.

Premier article dans la section “retrogaming“.

Il m’est difficile de parler de moi-même, tout en détaillant ma propre expérience, mais bon, je tente…

 

Quoi de plus normal, que de parler de sa propre expérience !

Pour info, je n’ai pas de nostalgie pour cette période avec les jeux, mais plus pour le matériel, les programmes et la programmation.

Les jeux, je ne les trouvais pas intéressent au niveau du graphisme, j’attendais autre chose, ce qui est arrivé plusieurs années après, avec le premier écran EGA en 64 couleurs et enfin le VGA précurseur avec 256 couleurs affichables sur une palette de 16 millions.

Enfin des jeux potables avec une bonne résolution d’écran.

Mon cerveau est sélectif.

C’est une blague, c’est juste pour dire, que notre cerveau fonctionne d’une manière à sélectionner et garder ce qui lui semble bon, c’est pourquoi des dates et des infos peuvent être mélangées avec une autre période, ….

Pourtant, ce n’est pas une fiction, c’est bel et bien mon histoire.

Mais avant cela !

C’est la période des consoles qui se branchent sur un téléviseur pour jouer, j’ai hésité longtemps avant de faire mon choix final, car j’attendais autre chose de ce qui était à la mode dans cette période.

En 1984, il existait Le Thomson MO5, ensuite le TO7 et après 1984 le Thomson TO7/70, mais ce n’est pas ce que je voulais et en plus, cela dépassait mon budget !

Etc…

 

Un peu de mon histoire.

À l’age de 13/14 ans, pendant la période où je commence réparer des autoradios/chaines Hifi/etc… , presque deux ans plus tard ou plus, je fais l’acquisition autour de mes 16 ans, de mon premier ordinateur personnel nommé l’Amstrad CPC464, payé avec mes propres deniers, c’est vous dire l’importance que j’y apportais !

Le plus long, c’est l’attente entre la commande et la livraison en magasin. À cette époque, il n’était pas rare d’attendre plusieurs mois pour un produit commandé à l’étranger, ici, c’est l’Angleterre. Oups ! De nos jours, avec AliExpress et d’autres sites de vente, c’est presque la même chose, et cela, en 2019 !

Au début, c’est du basique, avec la version à 1990 frs. L’ordinateur personnel Amstrad CPC est composé de l’ordinateur avec le clavier CPC 464 et lecteur de cassette, plus un écran monochrome vert, ce n’est pas terrible. (Je n’ai jamais aimé cet écran.)

Difficile de ne pas craquer avec la campagne de “pub” télévisée, et les “affiches” diffusées, avec un prix pour l’époque qui était très agressif…

Il existe au même moment, la version à 2990 frs ou 3490 frs, avec le clavier CPC 464 et un moniteur couleur, mais dans mon cas, cela dépassait mon budget.

 

Mes ami(e)s autour de moi, ne possédaient pas encore de matériel et mes pots, rien de cela…

Je suis un   , sauf une personne qui deviendra un ami, avec qui j’ai appris beaucoup, surtout avec le langage machine “assembleur” à cette époque. C’était le moyen le plus rapide pour donner des instructions à l’ordinateur (le processeur) et avoir un résultat direct !

Mais bon, passons, c’est aussi du charabia…

Ensuite, + de deux ans plus tard, les personnes avec qui j’étais en contact, possédaient enfin des CPC 464 avec des disquettes/cassettes, des CPC 6128 et des Amiga 500  et encore beaucoup plus tard le A1200, sans oublier les Atari ST…

C’est avant l’ère du PC pour tous. (Personal Computer).

 

Mon matériel au départ.

Au début, j’ai donc, le clavier Amstrad CPC 464, et son écran monochrome pourri !

Une vieille photo…

Le livre d’instruction livré avec l’Amstrad est d’ailleurs super pratique, et permet de travailler le langage de base de cet ordinateur, avec le Basic, le CP/M et CP/M+ …

Le son/la musique/les jeux à taper, des pages et des pages de code et des heures de saisies, avec les premiers livres et magazines ( Des oublis pendant la saisie, un guillemet, un espace en trop, en moins, etc.) et encore des heures de recherche pour comprendre notre erreur, des cassettes neuves qui fonctionne une fois sur deux …

Mon premier programme 3D en fil de fer, autour d’un axe, c’était Cooooolllllll…

Le son  et la musique du CPC et un programme avec une voix synthétique…

 

Les possibilités étaient innombrables.

 

Le défaut, c’est la lenteur de chargement des programmes et jeux, et surtout les répétitives erreurs de lecture pendant le chargement de ceux-ci. C’est le constat fait à l’époque, avec deux CPC 464 sur l’utilisation du lecteur de cassette, même avec un réglage précis de la tête de lecture du lecteur.

Pour pallier à cela, il était logique de faire des copies des originaux depuis une chaîne Hi-Fi de bonne qualité ayant deux lecteurs de cassette (Un seul suffit avec un câble branché entre le CPC et la chaîne, si le lecteur fonctionne encore correctement), pour faire perdurer les cassettes originales.

Les copies quant à elles, fonctionnaient presque parfaitement sur plusieurs appareils, si elles étaient bien faites.

C’est pourquoi, ce qui suit est logique…

 

Mon matériel évolue.

Une évolution plus que correcte, avec l’achat d’occasion, d’un adaptateur CM1 péritel me permettant le branchement de mon ordinateur sur ma TV 36cm + l’alimentation du clavier CPC 464, un lecteur de disquette Schneider (version A ou B, c’est important, vous comprendrez plus bas).

Encore une vieille photo de l’ensemble.

 

Mon second lecteur de disquette, en cours de réparation !

 

 

Imprimante Amstrad DMP2160 ou 3160.

 

Mon imprimante bidouillée.

C’est une imprimante HS que j’ai achetée à un ami, mais pas simple à cette époque pour y effectuer une réparation sans se ruiner !

Avec une alimentation HS, il a fallu que je commande un transformateur, avec une société et le coût était exorbitant.

Un truc comme 500 frs pour un transformateur…

Si j’avais su, j’aurais fabriqué le mien…

Cette imprimante à évoluée comme moi.

C’est-à-dire, au départ avec le noir et ensuite avec mes bandes sèches d’impression, j’ai fait des kits pour d’autres couleurs.

Je vous explique, pendant cette période les entreprises commençaient tout juste à utiliser des rubans avec plusieurs couleurs/plusieurs rubans.

Moi, dans mon coin, j’ai eu l’idée de faire mes propres rubans avec de la récup et d’y insérer de l’encre.

Le résultat, ce sont 4 rubans avec le premier en noir, le second, en rouge, le troisième, en vert et enfin le dernier ruban bleu.

J’avais même créé mon CV sur mon Amstrad CPC 464, avec un fichier, et ensuite avec plusieurs fichiers, un pour chaque couleur.

C’était révolutionnaire, mais les recruteurs étaient encore à l’âge de pierre, lorsqu’ils visualisaient mon CV avec 4 couleurs !

 

J’étais E.T. l’extra-terrestre !

 

Eh bien non ! Je ne suis pas un extra-terrestre.

Pourquoi ?

Dans la deuxième partie des années 80, des gens comme moi existent en France, dans les pays limitrophes et dans le monde, sauf que …. Le Word Wild Web, cette toile d’araignée présente à l’échelle de notre planète, qui permettra l’accès à  Internet et aux réseaux sociaux, n’existait toujours pas.

Les seuls moyens de contact et de communication pendant cette période, ce sont les magazines spécialisés, ainsi que des livres et les personnes gravitant autour de nous, c’est donc restrictif…

Pendant la création de cet article, j’ai reçu des témoignages me confirmant que mon histoire ressemble à bien d’autres… C’est ouf !

Pendant cette période, mes ami(e)s et contacts.

Il était super intéressant de faire la comparaison à cette période avec des personnes possédant des Amstrad CPC 6128 et des  Amiga 500 ensuite A1200, Atari ST etc…

Si j’avais pu, j’aurais bien acheté un Amiga à cette époque, car l‘évolution de cet ordinateur personnel était incroyable et l’est toujours actuellement !

 

 

Mon clavier musical synthé Amstrad CKX100.

Plus tard, l’achat d’un clavier Amstrad CKX100. C’est mon premier synthétiseur. Oui, pour les puristes, c’est bien un synthé !

Il fonctionne toujours !

 

Mon premier ordinateur PC IBM XT.

Pour rentabiliser l’achat suivant, j’ai dû me séparer de l’ensemble de mon matériel (Amstrad CPC464/lecteur de disquette externe/adaptateur péritel/écran monochrome/docs/magasines/disquettes et cassettes), pour passer à la suite.

J’ai fait un heureux, avec cette vente à petit prix !

 

Mon premier PC IBM, le truc moche, mais vraiment moche, mais c’est un PC XT et le début de plein de choses !

Il possédait un écran orange en 16 couleurs avec le texte en noir, format CGA, mais c’est un 8086overclocké” à 12 MHz (Eh oui ! Plus que les 10 MHz maxi de base), avec un lecteur de disquette 5″ et truc et disque dur vraiment énorme. J’ai acheté cela à un informaticien à l’époque, pour une fortune… Il évoluera lui aussi avec un écran 64 couleurs en EGA, avec une belle définition d’écran et de belles couleurs, pour finir, un lecteur de disquette 3,5″ en 720 ko.

 

Toujours Amstrad.

Pourquoi je parle d’un IBM, dans un article pour la marque Amstrad ?

Simplement pour faire le constat de ce qui suit, car je trouverais plusieurs années après les différentes évolutions de mes PC, des 80286/AMD 386SX et DX…/80386 des Tandy avec un système d’exploitation intégré + logiciels dans la ROM /etc… Des Amstrad révolutionnaires avec des écrans VGA, enfin un vrai écran avec une belle définition de l’image, c’est le début de…

 

 

 

C’est fini pour ma petite histoire, mais pas pour cet article.

 

À suivre, dans cette partie “Retrogaming“, des astuces et des articles pour continuer à utiliser les CPC464/CPC6128/6128+ des AMIGA 500/A1200 des ATARI ST

 

1 thought

  1. Mon frère , en tant qu’instituteur avait commencé avec un CPC 6128 … A vrai dire les CPC étaient des machines bon marché ( pour l’époque) qui pouvaient être réellement utilisées …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.